PRESSE     [final cut]

Nominations

Final Cut est nominé deux fois aux Prix Maeterlinck 2019 (prix belges de la critique) dans les catégories « meilleur spectacle »
et « meilleure actrice ».

L'Humanité, Muriel Steinmetz

La fillette que fut Myriam, fruit des amours interdites de l'Italienne et de l'Arabe, revit donc, vêtue comme une poupée, chosifiée, niée, avec 'ces satanés cheveux qui font toujours des nœuds'. [...] Le théâtre, lieu de la parole articulée, installe alors gravement une thérapeutique d'âme où passe le souffle de celui qu'on a voulu effacer. (11 juillet 2019)
Lire tout l'article

Le Figaro, Etienne Sorin

Une recherche de la vérité non dénuée d’humour et surtout bouleversante. (12 juillet 2019)

Politis, Anaïs Heluin

Dans le noir, rallumer la lumière.
Dès [les] premiers mots prononcés par Myriam Saduis, assise derrière un bureau tout simple, on sent que la parole est pour elle une conquête. [...] Son exploration est devenue au fil des années un passionnant récit-fleuve. [...] Qu’elle soit inspirée d’un fait divers ou qu’elle naisse d’une expérience vécue par celle qui s’en fait la narratrice, la parole au cœur de ces deux spectacles du off [Final Cut et Disparu de Cédric Orain] est animée par une urgence qui se passe de dramatisation. Pas un cri, pas une larme.
(9 juillet 2019)
Lire tout l'article

Le Club de Mediapart, Jean-Pierre Thibaudat

Folie que celle de ces jeux troubles de double creusant le doute et la folie. Ainsi ces moments extraordinaires où l’actrice Myriam Saduis, au profil volontaire et à la voix affirmée, casse son corps et prend une toute autre voix sortie de ses entrailles, pour chanter des bouts de mélodie de Barbara (« dis quand reviendras-tu ? » par exemple) que lui fredonnait sa mère. [...] Tout le spectacle est ainsi construit, monté peut on dire, passant de l’intime à l’historique, de la quête à l’introspection, de la confession personnelle à la construction théâtrale. [...] Chaque ouverture de tiroir est une flèche acérée. (7 juillet 2019)

Financial Times, Laura Cappelle

L'une des propositions les plus fortes [du Carthage Dance Festival] était une production théâtrale. L'émouvant Final Cut de Myriam Saduis tresse ensemble l'histoire politique et l'histoire personnelle. [...] Dépourvu de sentimentalisme, le récit s'entrecroise brillamment aux références littéraires. Dans la salle, l'émotion volait haut. (21 juin 2019)
Lire tout l'article

Sceneweb.fr, Anaïs Heluin

Si Myriam Saduis a la démarche légère, aérienne, on ne peut pas dire qu’elle danse. [...] Elle fait valser sa mémoire et ses sentiments. Sur un fil, conservant sa force de joie jusque dans les passages les plus sombres de sa traversée, elle réussit à transmettre non seulement une mémoire complexe, mais aussi toute la lutte, tout le travail qu’a nécessité l’écriture du spectacle. Tout le temps et la peine qui font sa valeur, sa beauté. (21 juin 2019)
Lire tout l'article

La Presse (Tunis), Asma Drissi

Final Cut de Myriam Saduis n’est pas un simple récit de vie, c’est un regard juste et distancié, intelligent et bouleversant sur un pan de l’Histoire de la Tunisie et de la France, une période de l’Histoire qui a façonné les territoires aussi bien géopolitique que personnel et émotionnel. (20 juin 2019)
Lire tout l'article

Facebook, Anne Bocandé (RFI) 

Myriam Saduis à travers le récit de son histoire personnelle contribue à l'écriture d'une page de l'histoire commune entre la Tunisie et la France [...] (17 juin 2019)
Lire tout le post

La Libre Belgique, Marie Baudet

De rage et de tendresse
Final Cut se présente à la fois comme une réflexion englobant les remous du XXe siècle, les questions de la construction identitaire, du métissage et de la décolonisation, et comme un thriller plein de rebon­dissements. Où l’on croise la folie, la fragilité, la quête de soi, l’adoles­cence rebelle, Les Parapluies de Cherbourg et Barbara, Racine et Marguerite Duras. Et La Mouette, dans un salut aussi brillant que subtil au théâtre. (20 novembre 2018)
Lire tout l'article

Le Soir, Catherine Makereel

«Final Cut» ou l’empire d’une mère
[...] Au-delà du travail sur soi, c’est une troublante et poignante œuvre d’art que développe Myriam Saduis avec une distanciation étonnante, un humour improbable, des mises en abyme tchékhoviennes et des balises historiques et littéraires fascinantes. Sur un plateau dépouillé, avec un bureau pour seul accessoire, l’artiste nous happe d’emblée grâce à son regard hypnotique et autoritaire, où l’on perçoit déjà les gouffres d’une enfance pleine de trous. (19 novembre 2018)
Lire tout l'article

RTBF, Christian Jade

Un grand moment de théâtre. ★★[...] Au total une confession lucide, sans exhibitionnisme, sur une douleur lentement maîtrisée, une réflexion toujours actuelle sur le racisme ordinaire et un art, impressionnant, du récit et de la présence scénique. Chapeau ! (19 novembre 2018)
Lire tout l'article

Demandez le programme, Didier Béclard

[...] Myriam Saduis se dévoile littéralement dans ce spectacle où elle fait montre de ses talents d’auteure (on le savait déjà), de comédienne et, plus surprenant, de chanteuse. (20 novembre 2018)
Lire tout l'article

Axelle Magazine, n°213, Véronique Laurent

Cartographies
La pièce dessine, scène par scène, comme des calques que l’on superpose, des cartographies de territoires, géopolitiques, sociaux et personnels. [...] Un récit raconté et joué par une comédienne et metteuse en scène puissante, forte et fragile, rejointe dans la seconde partie par le comédien Pierre Verplancken. (Novembre 2018)
Lire tout l'article

BX1 Télévision, Le Courrier Recommandé, 16 novembre 2018, David Courier